dimanche 30 avril :

« Notre cœur n’était-il pas tout brûlant ? »

C’est en faisant un retour sur ce qu’ils ont vécu sur la route avec cet « inconnu », que les disciples d’Emmaüs se partagent l’un à l’autre le meilleur de leur « chemin », ce qu’ils en retiennent finalement, « que leur cœur brûlait en eux ! » On voit là, que l’adhésion du cœur l’emporte sur celle de la pensée ou de la raison, ou plutôt, que la promesse de la foi qui consent à la belle annonce de la Résurrection est capable d’éveilleur chez le croyant, au plus profond de lui-même, l’élan du cœur ! La grâce offerte aux Pèlerins d’Emmaüs, commence à poindre dans ces quelques mots : « sur la route, tout en marchant, il nous ouvrait les Ecritures ». Cette grâce est à notre porte ; elle ne tombera pas du ciel comme par magie ; elle appelle de se mettre en « chemin » (peut-être pour la vie entière) ; sa porte d’entrée, ce sont les Ecritures, reçues et partagées en Eglise ; son jaillissement, c’est la Fraction du pain, à la fois, le signe de Jésus, sa Pâque au milieu de nous, et le signe du partage fraternel qui reconnaît et qui accueille tout homme comme un frère. L’Eglise nous donnait cette prière cette semaine : « Donne-nous, Seigneur, de toujours accueillir avec amour ce que nous célébrons dans la foi ». Et bien, puisse l’amour de Jésus et des autres demeurer la signature de notre foi.

                  HB

 

 

 

 

 

     
   

 
 

 

Des informations à télécharger :
Plaquette du 7° centenaire du diocèse  avec les manifestations programmées
  Colloque universitaire des 15 et 16 juin prochains à Saint Flour,